Vous êtes ici

Eurocampus et enseignement supérieur

 

 

En 2009, les quatre présidents de Région ont souhaité renforcer une véritable coopération dans les domaines de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. La création de l’Eurocampus Pyrénées-Méditerranée matérialise cette volonté en réunissant plus de 510 000 étudiants et 45 000 chercheurs.


L’Eurocampus s’est construit sur trois axes majeurs :

 

   - Mobilité et échange des connaissances,

  

   - Campus numérique et plates-formes collaboratives en ligne,

  

   - Coopération en matière de recherche et d’innovation, et mise en réseau d’enseignants, chercheurs et du monde de l’entreprise.


Finalité : « Fédérer l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’Eurorégion et accroître l’attractivité de ce territoire ».

Il s'agit d'un projet très ambitieux qui nécessite un cadre d’action clair et structuré pour améliorer sa lisibilité et sa valeur ajoutée sur l’ensemble du territoire eurorégional. Il est aujourd’hui nécessaire de remobiliser acteurs universitaires et institutions pour relancer les priorités d’action que l’Eurorégion souhaite développer en 2012. Il s'agit de travailler en étroite concertation, universitaires, chercheurs, responsables politiques et techniques des domaines concernés et équipe du GECT Pyrénées-Méditerranée.


Actions réalisées

 

En 2010, s’est constitué un comité de pilotage composé de responsables universitaires et de responsables politiques de l’Enseignement Supérieur des régions membres, qui s’est réuni quatre fois pour établir les priorités d’action.

Quatre des propositions du comité EUROCAMPUS ont déjà été mises en oeuvre :

 

   1. Création d’un portail internet attractif, dynamique et actualisé www.eurocampusweb.eu qui compte plus de 18 000 visites, depuis son lancement en mai 2011.

  

   2. Création du dispositif chèque mobilité « Eurocampus » accessible à tous les étudiants en Master et Licence issus du territoire eurorégional et partant en mobilité dans l’une des quatre régions (études ou stages en entreprise dans le pays voisin).

 

   3. Proposer un enseignement des langues préalable à la mobilité (programme IC4).

 

   4. Initier et promouvoir les doubles-diplômes et favoriser la mobilité des enseignants.